Présentation

Quelques infos

Titre original : ペルソナ2 罪

Développeur : Atlus

Éditeur :

      Atlus

      Ghostlight (pour la version PSP)

Consoles : PsOne (version originale)
               PSP (remake)

Directeur : Shoji Meguro (PSP)

Design : Kazuma Kaneko (PSOne)                    Shigenori Soejima (PSP)

Compositeurs : Toshiko Tasaki

                      Kenichi Tsuchiya

                      Masaki Kurokawa

                      Shoji Meguro
 

Chant : Hitomi

           Lotus Juice
           Asami Izawa

P2 Innocent Sin - Date de sortie :

      24 juin 1999      Aucune

 

P2 Innocent Sin PSP - Date de sortie :

      14 avril 2011

      4 novembre 2011

Contexte

Trois ans après Megami Ibunroku Persona, une suite directe paraît : Persona 2. Celle-ci a la particularité d'être découpée en deux parties, Innocent Sin (Tsumi) en 1999 puis Eternal Punishment (Batsu) en 2000, mais forment un tout. Le jeu a droit à un sortie batarde puisque Innocent Sin ne sort pas du Japon tandis qu'Eternal Punishment a droit à une sortie américaine. Aucun des deux jeux PSOne n'est sorti en Europe.

Fort du succès de la licence depuis Persona 3 et Persona 4, les anciens épisodes ont droit à des remises aux goûts du jour. Persona 2 Innocent Sin PSP est un véritable remake qui a même droit à une édition collector en Europe grâce à l'éditeur Ghostlight. Malheureusement, le remake d'Eternal Punishment sur la console portable de Sony ne quittera pas le Japon.

Histoire

L'histoire de Tsumi/Innocent Sin prend place dans la ville fictive de Sumaru au Japon. Depuis plusieurs mois il semblerait que des rumeurs se soient réalisées subitement, des élèves du lycée de Sevens Sisters High se retrouvent ainsi défigurés suite à une rumeur selon laquelle des étudiants d'un lycée rival les auraient maudits, un jeu étrange surnommé « le jeu de Joker » fait également partie des rumeurs ayant commencées à se réaliser...
Le héros de l'histoire, Tatsuya Suou, élève au Lycée Sevens Sisters High, reçoit un jour un défi d'une petite frappe du lycée rival Eikichi Mishina (surnommé Michel). Ce dernier a capturé une des amies du héros selon les conseils de ses subordonnés et menace de lui faire du mal si Tetsuya ne se présente pas sur les lieux rapidement. Ni une ni deux, avec son amie Lisa Silverman (qui s'avère avoir des sentiments pour Tatsuya un peu plus forts qu'une simple «amitié») il se rend à l'endroit indiqué. Et là, c'est le drame. Gros quiproquo qui finit sur une altercation avec Michel, dans laquelle nos héros et Eikichi se découvrent la capacité d'invoquer des entités surnaturelles : Les Personae.

Au cours de l'altercation, Lisa est amenée à faire le rituel du « Joker », l'une des rumeurs à la mode ces derniers temps disant que si l'on compose son propre numéro sur son téléphone portable et que l'on suit un rituel précis, « Joker » garantira l'accomplissement de nos rêves. A la surprise du petit groupe, Joker apparaît bel et bien, mais loin d'être bienveillant celui-ci transforme en un instant les 3 subalternes de Michel qui aidaient Lisa à réaliser le rituel en « ombres »... Mais Lisa, surprise, brise la chaîne du rituel juste avant que Joker ne la transforme également en un être sans rêve (une « ombre » donc). Joker reconnaît alors Tatsuya, Eikichi et Lisa et leur annonce que c'est de leur faute s'il est devenu ainsi et qu'ils le paieront de leur vie. Alors que Joker est sur le point de mettre un terme à l'existence des trois héros, il se rend soudain compte qu'ils ne se rappellent pas de ce qu'ils lui ont fait... Déstabilisé puis dégoûté, il ne les tue pas, prétextant ne retirer aucun plaisir du meurtre de personnes ayant oublié jusqu'à l'existence de leur crimes... mais jure alors de faire de leur vie un véritable enfer, sur quoi il les quitte ne laissant derrière lui qu'une fleur et les 3 subalternes d'Eikichi ayant renoncés à tout but dans la vie, disparaissant petit à petit de l'esprit du commun des mortels (ceux qui ne possèdent pas de Persona)... ainsi que nos 3 héros en pleine confusion... Pourquoi ont-ils le pouvoir d'invoquer des Personae ? Qui était ce Joker ? Comment pouvait-il les connaître alors qu'eux ne le reconnaissent pas ? Comment sauver les amis d'Eikichi ? Et plus important, quel est ce fameux crime, ce pêché dont Joker les accuse ?

Tel est le résumé de ce scénario plutôt borderline qui n'hésite pas à partir dans tous les sens et déstabiliser le joueur dès les premiers instants. Certes un peu confuse, l'histoire reste la grande force du titre même si elle part dans des directions imprévisibles et pas forcément attendues ; répandre des rumeurs pour les voir se réaliser, le fameux pêché qui sera dévoilé petit à petit et la découverte progressive des caractères bien tranchés des personnages et de leur passé nous font passer un excellent moment sur le plan scénaristique...

Gameplay

Le jeu apporte de nombreuses modifications dans le système de combat par rapport au premier Persona : on n'a plus cette sensation d'être « collé » au sol. A la place les personnages se déplacent d'eux même pour attaquer les ennemis, formant parfois des organisations bizarres sur le terrain. Autre bon point : L'arrivée des attaques groupées sous l’appellation « Fusion Spell », en gros si vous formez une bonne combinaison de sorts et avec la bonne personne vous pourrez lancer un sort très puissant qui sera ensuite enregistré dans la rubrique « fusion spell » du système de combat et vous aurez alors la possibilité de lancer ce « super » sort à chaque début de tour si vous le souhaitez... Inutile de dire que spammer certaines fusion spell contre les boss sera plus que nécessaire si vous souhaitez terminer le jeu rapidement. A chaque fois qu'un « Fusion spell » est lancé, les portraits des personnages ayant participé à ce sort commun apparaissent (avec un semi-dynamisme de très bon goût)... et autant dire que pour obtenir cette image sur l'écran, il va falloir vous creuser la cervelle pour savoir quels sorts lancer !

Il est bon de noter qu'exploiter les faiblesses des adversaires se révèle moins important que dans les opus suivant mais donne un bonus de dégâts non négligeable si vous souhaitez que votre groupe survive aux combats. Un petit détail cependant qui est agaçant, le fait de sélectionner toutes ses commandes avant que le tour ne commence (comme dans Persona 1)... c'est surtout assez frustrant de voir un ennemi mourir alors que 3 autres personnes étaient censée l'attaquer, pour les voir se rabattre avec la même attaque que vous leur avait commandé de faire sur un autre ennemi insensible à ces attaques... L'inutilité à l'état pur... ce qui peut vous faire perdre un tour précieux.

Autre bon point, on retrouve encore une fois le système de discussion avec les monstres. Ce système s'avère encore une fois à double tranchants car il est très dur de maîtriser la progression de niveau de vos personnages et de concilier celle-ci avec les discussions de monstres. Si l'on discute uniquement avec les monstres parce que l'on est pleutre, on gagnera énormément d'argent qui ne sera pas très utile, tandis que si l'on veut vraiment axer sa partie sur le lvl-up, vous allez vraiment peiner car les altérations d'états pleuvent sur vos personnages à chaque combat et acheter suffisamment de stuff pour vous soigner va vite coûter une fortune. Bref, autant que dire que c'est en partie ce système de gestion entre phases d'xp intensive et de longues phases de discussion avec les monstres qui fait l'intérêt du système de jeu. Car avoir un personnage avec un excellent niveau ne rime à rien si vous n'avez pas de Persona à un niveau suffisant pour affronter les boss. D'où l'intérêt du système de conversation avec les monstres pour créer des pactes et surtout, surtout... récupérer ces foutues cartes de tarot pour invoquer vos nouvelles Personae plus puissantes...

 

Dans la Velvet Room, le système d'invocation de cet opus est pour le moins rébarbatif, vous devez récupérer des quantités phénoménales de cartes de tarot (et ce, en dialoguant un nombre incalculable de fois avec les monstres) pour espérer invoquer dans la Velvet Room ne serait-ce qu'UNE SEULE PERSONA !!! De plus chaque Persona n'a qu'une seule capacité au départ, et généralement son effet est tel celui d'une pichenette sur les boss et dans ces cas là la « fusion spell » n'est pas d'une grande utilité, il faut donc à la fois bien préparer ses héros mais également leur Persona... Outre ce système de tarot, pas grand chose de neuf dans la Velvet Room depuis l'épisode précédent.

Musiques

La bande originale sur PSOne se démarquait pas des sonorités très pop qui peuvent être un peu vieillote à l'heure actuelle. Le tout permettait au jeu de proposer une ambiance nippone urbaine plutôt captivante, et quelques pistes très marquantes qui en deviennent les thèmes phares du jeu.

 

Mais le plus intéressant vient de la reprise de la bande-originale pour la version PSP du jeu pa Shoji Meguro... Autant dire qu'avec une OST aussi imposante (6 CD, quand même), il est difficile d'en faire une analyse concise. Disons que contrairement à P1 sur PSP qui trahissait l'ambiance originale en ayant changé toutes les musiques, on a droit ici d'une part à toutes les musiques du jeu original et les nouvelles qui sont remixées mais très fidèles à celles d'origines... on peut switcher de l'une à l'autre (originale/remixée) à tout moment depuis le menu principal.


Au niveau des musiques phares de cet épisode on retrouve "Unbreakable Tie" qui s'avère à la fois très agréable en version opening mais aussi en version full, le mélange entre le beat ultra rythmé de Lotus Juice et la voix de Asami Izawa rend incroyablement bien et le solo de guitare... Ah du grand Shoji Meguro ! On note aussi la superbe piste "Order of The Holy Lance" qui alterne entre sa partie de guitare qui enchaîne les bends à un rythme effréné et une partie de violon reposante, avec un chœur de très bon goût. "Knights of the Holy Lance" reprend le même beat et thème en l'arrangeant à sa sauce tout en restant très agréable à écouter. "Mt.Iwato" et son ambiance éthérée fait aussi son petit effet, et "Persona" (sur le CD 2) se révèle à la intrigante et passionnante à écouter. "Mt. Katatsumuri" (CD 2) est quand à elle à la fois rythmée et se permet en plus de reprendre le thème principal à sa sauce et ça rend vraiment bien. "Last Battalion", musique qui intervient dans l'une des cinématiques les plus bluffante du jeu à beau être très courte elle n'en demeure pas moins l'une des plus intéressante au niveau du changement d'ambiance au sein de la même piste.

Le retour d'un chapitre oublié

Sinon les joueurs les plus investis dans la lycéenne Megaten ont volontiers craqué pour l'import ou les émulateurs pour profiter depuis longtemps d'Innocent Sin, la plupart a pu profiter en bonne et due forme du jeu sous sa monture PSP en 2011. Pour le coup, Atlus et Ghostlight n'ont pas lésiné sur les moyens, comme le prouvent les deux éditions collector sortie aux Etats-Unis et en Europe.
Le jeu en lui-meme ne change pas, sauf dans sa direction artistique et musicale puisqu'un lifting général est opéré, mais quelques ajouts ont lieu comme le Sumaru Climax Theatre qui permettent l'accès à des quêtes annexes.

Autour du jeu

Peu de marchandising a été fait autour de Persona 2 Innocent Sin. En dehors des bandes originales et de quelques CD Drama, on peut saluer la présente d'une OAV englobant les deux jeux sur un disque bonus. A l'occasion du remake PSP, le fabricant FREEing a sorti en novembre 2012 une figurine à échelle 1/8 de Lisa Silverman.


Adaptation indirecte, un manga en trois tome intitulé Persona : Tsumi to Batsu est publié en 2000, scénarisé et dessiné par Naotsugu Matueda. Long de trois tomes, la série est parallèle aux jeux PSOne et présente les péripéties d'un nouveau groupe de héros qui vont déjouer une conspiration. Les trois volumes ont été publié de juillet à octobre 2003 chez l'éditeur Delcourt, bien que la série soit en arrêt de commercialisation à l'heure actuelle. En avril 2011, une réédition de la série au format Deluxe paraît, elle condense la série en deux opus.

Quant à Persona 2 en lui-même, on notera de nombreuses anthologies et quelques light-novel.

Jaquettes

Jaquettes japonaises

Jaquettes françaises

Suivez-nous !

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube
  • discord_logo1600
  • twitch1600

© 2020 Persona France  -   Tous droits réservés à Atlus
Toute reproduction des textes, même partielle, est interdite